Marion Sage

Du 2 au 7 et du 16 au 21 mars 2020

Grand tétras

” J’ai collecté des photographies d’un danseur et jardinier des années vingt, Jean Weidt.

L’art de Jean Weidt m’interpelle car il met en jeu des mouvements travaillés par la tâche. Sa danse semble traversée par les gestes concrets et efficaces du jardinage et met en relation l’action de danser et la culture de la terre.

C’est ce que je me raconte à partir des traces photographiques et de quelques textes d’archives car je n’ai jamais vu cet homme danser, même pas en vidéo. Il ne reste que des fragments de ses danses, que des textes à trous. J’ai donc inventé des méthodes pour m’approcher de ces gestes, pour sentir l’engagement du cœur, le travail des mains et l’implication des muscles du visage dans cette danse.

La recherche autour de mouvements oubliés est donc un processus qu’il me plait de restituer ainsi ; comme une enquête qui expose et met en lien des indices et stimule l’imaginaire à travers l’écart entre un original disparu et fantasmé et un corps d’aujourd’hui tentant de se glisser dans ses gestes-fantômes.”

Marion Sage

Création et interprétation | Marion Sage
Création sonore | Anne Lepère
Création lumière | Estelle Gautier
Regard et pratique du Feldenkraïs avec Christine Gabard
Pratique du Body Mind Centuring avec Louise Chardon
Accompagnements dans le travail | Anja Rottgerkamp, Florence Casanave et Maud Pizon.
Regard | Anna Muchin
Tétras | Marilyne Grimmer

Coproduction | Le Vivat, scène conventionnée d’Armentières, Charleroi Danse, centre chorégraphique de Wallonie-Bruxelles

Avec le soutien de La Fédération Wallonie-Bruxelles, La DRAC Hauts-de-France, Le Ballet du Nord – CCN de Roubaix, Honolulu, Centre culturel de Nantes
Résidences | Le Vivat, scène conventionnée d’Armentières, Charleroi Danse Bruxelles, le CCN de Roubaix, Le Théâtre Jacques Tati d’Amiens, Le Centre culturel Honolulu de Nantes, Le Théâtre de Poche de Hédé-Bazouges, Le Centre Culturel Jacques Franck de Bruxelles, La Pianofabriek de Bruxelles, La Fabrique de Théâtre de Frameries.

Visuels | Zoé Tabourdiot
Textes | Marion Sage