4m2

labyrinthe chorégraphique et immersif

Sylvain Groud

Dans cette déambulation onirique, Sylvain Groud fait le choix d’une scénographie radicale qui souligne le paradoxe de l’espace confiné : à la fois protecteur et liberticide, aliénant et stimulant.

L’espace qui prend la forme d’un labyrinthe chorégraphique immersif, symbole ici d’errance mais aussi de recherche de liberté et de questionnement, est habité par les
interprètes qui explorent et partagent leur expérience du confinement.

C’est cet état d’esprit du danseur dans ce contexte qui y est exploré : son rapport au temps, à l’espace, au rituel et, bien sûr, au corps impacté par cette pause imposée. Mais c’est surtout sa capacité de résilience qui est affirmée.

Le spectateur se trouve en immersion dans cette installation particulièrement simple et épurée. Il est invité à organiser son regard d’un interprète à l’autre. Il participe au flux de la déambulation, s’arrête quand il en ressent le besoin. Une traversée qui permet à chacun de reconvoquer sa propre expérience.