chambre 209

Sylvain Groud et Jonathan Loppin

Performance plastique, numérique en quadrifrontale, née de l’immersion du chorégraphe, du plasticien et du vidéaste au sein d’une unité de retraite médicalisée, cette installation chorégraphique est une invitation au public à une déambulation physique et émotionnelle dans une chambre évolutive du plasticien Jonathan Loppin.

 

Une structure cubique scellée par des lames de store, qui soudain s’ouvre et se transforme en couloir, en chambre ou en salle médicale. Sylvain Groud évolue dans cet espace, entouré de projections mouvantes : silhouette du danseur lui-même, ballet des aides-soignants, visages de personnes âgées. Dans ce solo choral, Sylvain Groud est à la fois patient, soignant, observateur, souffle de liberté. Cet objet chorégraphique est à la fois le partage d’une expérience intime et un questionnement sur notre rapport à la mort. Évoquant ce lieu de passage où les vies prennent fin, il fait surgir la douceur.