l’oubli

Sylvain Groud

Quel serait le résultat d’un geste sans mémoire, du mouvement d’un danseur sans mémoire corporelle ?

La peur d’oublier ; la perte de mémoire ; la nécessité d’oublier pour ne pas sombrer ; que ce soit pour un individu, un couple, une nation. Avec la musique d’Arvo Pärt, le duo révèle sa dramaturgie en proposant trois volets chorégraphiques distincts. Un duo qui se débat, exprime l’oubli de soi au travers des corps. Ces corps détachés, offrent un état de transparence, proposent une liberté d’interprétation au spectateur témoin, récepteur de la tension physique. Un état de corps au service d’un état d’esprit. L’Oubli propose des chemins que les danseurs acharnés empruntent farouchement. Il ne reste que notre propre histoire, avec le choix d’en ordonner le déroulement afin de ne pas en perdre la trace